24 septembre 2018
Actualité de la semaine

Mise à jour
Retrouvez deux fois par semaine des actualités par ici.
Le site est en cours de mise à jour...

a | A
Conférence du 19 février 2007 sur la Science
et la littérature à Strasbourg

Fritz Haber à travers deux auteurs ; David Vandermeulen, auteur de la bande dessiner Fritz Haber et Mathieu Bertholet, auteur de la pièce de théâtre Farben.

Deux auteurs, deux tempéraments, deux visions… Une conférence qui apporte deux approches sur un même sujet à travers deux média: La bande dessinée et le théâtre.
Matthieu et David n’ont pas de formation scientifique et pour eux la science n’est qu’un sujet comme un autre. L’un de nous révèle qu’il ne continuera pas à prendre la science pour sujet dans ses prochaines pièces en disant : « Désolé, pour moi la science c’est fini. ».
L’autre avoue être à présent moins hostile aux sciences, lui qui pensait auparavant que « Les scientifiques sont des autistes à côté de la plaque » et que la Science est « une langue étrangère ».
Une expérience que l’un et l’autre ne regrettent toutefois pas.
Chacun a une façon différente d’aborder le personnage central de leur œuvre : Fritz Haber.
Mathieu Bertholet est particulièrement attaché à Clara, la femme de Fritz Haber. Cette femme charismatique fût la première femme à avoir obtenu un doctorat. Engagée politiquement, elle fût la première vulgarisatrice des Sciences car elle donnait des cours de chimie des cuisines à des particuliers. Le soir où son mari fêtait le succès de son gaz de combat, elle se suicida…
Mathieu considère Fritz Haber comme « Une belle ordure ». Il trouve qu’il est « difficile d’écrire sur un personnage qu’on aime pas…Mais quand même un peu ». En effet, 8 mois de recherche sur l’histoire de ces deux personnages finissent par créer un certain attachement.
Cartésien dans l’écriture, il n’a pas de muse. Pour ordonner les fruits de ses recherches, Il travaille avec des post-it de couleurs dont chacune correspond à une catégorie (idées scénaristiques, fait historique…). Auteur de tragédies, il y place toujours une pointe d’humour.
Le titre de sa pièce fait référence à l’entreprise qui concevait des gaz de combat : « Farben » (« Couleur » en allemand). En effet, chaque gaz conçu par cette firme produit une couleur qui lui est propre (le zyklon est bleu, le gaz moutarde est jaune, le tabun est rouge).
Il nous confie que l’écriture d’une pièce de théâtre ne représente qu’un quart du travail réalisé.
Etant un jeune auteur et traitant d’un sujet historique délicat, encore tabou en Allemagne, sa pièce n’a, hélas, toujours pas été jouée.
David Vandermeulen, quant a lui, a une réelle fascination pour le personnage de Fritz Haber, allant jusqu’à lire les livres de chevet de celui-ci. Son rêve : voir sa bibliothèque qui est actuellement en Israël.
David utilise aussi des post-it pour prendre des notes, mais lui les laisse dans ses livres. Il se dit être une personne réservée qui n’aime ni le cinéma ni le théâtre mais les livres, en particulier les vieux livres. Son goût explique son style graphique. En effet les encarts de texte dans sa bande dessinée sont faits façon cinéma du 19ème. Il colorise entièrement ses planches en brun foncé puis éclaircit des zones en y apposant de la Javel. Il rehausse ainsi les couleurs et obtient un effet de lavis très particulier. Ce style singulier est une des clés de son succès et son deuxième volume va paraître sous peu.
Au final que peut-on dire de Fritz Haber : Scientifique allemand d’origine juive né en 1868 qui a obtenu le prix Nobel de chimie en 1918 pour la synthèse de l’ammoniaque. Une découverte majeure, car à cette époque on fertilisait les terres avec du guano. L’ammoniaque est en effet un bon fertilisant pour la terre mais sert aussi dans la conception d’obus et de munitions. Fritz Haber fit alors des recherches sur les gaz de combat et inventa le zyklon, le gaz qui tua plus tard des milliers de juifs… Une personnalité d’importance car il créa un pont entre science académique et industrie.